Publié le 14 Juin 2013

La  presse
La  presse
La  presse
La  presse

Voir les commentaires

Rédigé par Anthony Lange

Repost0

Publié le 10 Juin 2013

À 20H 15, après un dernier "CHANT DE LA MINE", Philippe, Alberto, Wilfried, Victorien et Laoudine se regroupent devant le four et prennent les outils en main : 2 griffes, deux pelles à long manche, 2 barres à mine. Xavier reste sur le côté pour veiller à la sécurité des ouvreurs et dégager les braises qui vont joncher le sol. Philippe et Alberto commencent à ouvrir la porte du four en brisant le montage de briques et d'argile qui la ferme. Derrière une musique monte ! ...Le grand moment est arrivé !
 
Les soufflets s'arrêtent ...
 
La porte s'ouvre : un torrent de charbon incandescent s'écoule. Les pelleurs dégagent à mesure que la braise s'écoule. Surgit alors, au fond, accroché sous la tuyère, un énorme massiot, bloc compact de fer et de scories, parfois encore liquides. Les seaux d'eau sont déversés sur le devant du four et les braises... La vapeur fuse ... encore de l'eau ... encore de la vapeur ... Et le travail se poursuit ...!! Chaleur infernale ! Des filets de scories s'écoulent à chaque coup de barre à mine ... Le massiot ne veut pas sortir !
 
Alberto et Philippe tentent de le décrocher à la barre à mine mais il résiste. Les griffes n'arrivent pas à l'arracher. Philippe passe alors derrière le fourneau et fracture la tuyère, fissurant ainsi la scorie figée qui colle le massiot ... Celui-ci descend et Philippe le sort : Il est magnifique... C'est une réussite !
 
Philippe se tourne vers le public et s'exclame : "Mesdames, Messieurs, ... Le sang des Hommes". Il regroupe alors toute l'équipe autour de lui et rappelle brièvement que ce qu'on vient de voir fut la vie quotidienne en Bertrange durant de nombreux siècles. Effort, chaleur, sueur, labeur, souvent souffrance ! Ce qui a été fait avec ces jeunes est un hommage à ces Anciens, un rappel aux Vivants de la richesse de ce terroir des Bertanges !
 
Philippe se recule alors et se tourne face à son équipe :  Il lui dit la fierté qui est la sienne d'avoir travaillé avec eux. Il savent maintenant, ils en ont la preuve, qu'ils ont en eux la force de réussir, qu'il peuvent être fiers d'eux ! 
 
David Desloover, le Directeur de l'E2C prend alors la parole et témoigne de son admiration devant ce qui a été fait. Il en sera de même pour Jean-Pierre Rossignol, Président de L'École de la Deuxième Chance. Clément Picq, Président de l'Association Les Tours de Passy, exprime également son admiration et se félicite de l'engagement de l'Association dans cette aventure qu'il souhaite voire se poursuivre. 
 
Enfin, Gaëtan Gorce, Sénateur de la Nièvre, Maire de La Charité sur Loire, Président du Pays Bourgogne Nivernaise, exprime ses félicitations à toute l'équipe. Il rappelle que ce témoignage de Mémoire par des jeunes d'aujourd'hui est emblématique d'une société qui souhaite construire son avenir en tirant leçon de son passé. Il exprime son souhait que se perpétue cette action de Mémoire dans le cadre d'actions d'intégration de jeunes en construction de leur vie professionnelle future.
 

 Pendant que le massiot repose vient alors le moment de la remise des diplômes. Chaque membre de l'Équipe reçoit un diplôme sanctionnant l'ensemble du stage et preuve tangible de la réussite de chacun. 

 

Froid, le massiot montre l'aspect d'un bloc semi-sphèrique surmonté d'une "couronne" dentelée agglomérant des grains de fer soudés les uns aux autres. 

 
Au cœur de cette couronne sur le bloc inférieur plus compact, un mélanges vitreux vert : c'est du laitier. La présence de ce laitier indique l'emplacement du jet d'air provenant de la tuyère. C'est pour nous la preuve en ce lieu précis d'une température de travail supérieure à 1450°c. 
 
Mais ce bloc n'est pas que du fer. C'est en fait un mélange de fer imprégné de scories produite par la fusion des impuretés du minerai... et d'un peu de fer nécessaire à sa formation. Celle-ci, liquide devant la tuyère, va s'écouler en partie. Ainsi, si la dentelle supérieure en contient peu, elle sera plus abondante à à la base du massiot.
 
Le bloc inférieur et la dentelle de fer supérieure sont la trace du lieu ou la réduction du minerai s'est effectuée sous une température oscillant entre 1250 et 1450°c, au sein d'une atmosphère saturée en oxyde de carbone.
 
Dans la partie inférieur on trouvera du fer plus compact alors que la dentelle supérieure est un fer aciéré.
 
Ainsi, le forgeron qui va traiter le massiot en épuration pour en éliminer la scorie résiduelle séparera ces parties pour produire du fer doux avec la partie inférieure du massiot, et de l'acier avec la dentelle supérieure.
 
MAIS CECI EST UNE AUTRE HISTOIRE QU'IL SE POURRAIT BIEN QUE NOUS VOUS CONTIONS UN JOUR PROCHAIN....
À 20H 15, après un dernier "CHANT DE LA MINE", Philippe, Alberto, Wilfried, Victorien et Laoudine se regroupent devant le four et prennent les outils en main : 2 griffes, deux pelles à long manche, 2 barres à mine. Xavier reste sur le côté pour veiller à la sécurité des ouvreurs et dégager les braises qui vont joncher le sol. Philippe et Alberto commencent à ouvrir la porte du four en brisant le montage de briques et d'argile qui la ferme. Derrière une musique monte ! ...Le grand moment est arrivé !
 
Les soufflets s'arrêtent ...
 
La porte s'ouvre : un torrent de charbon incandescent s'écoule. Les pelleurs dégagent à mesure que la braise s'écoule. Surgit alors, au fond, accroché sous la tuyère, un énorme massiot, bloc compact de fer et de scories, parfois encore liquides. Les seaux d'eau sont déversés sur le devant du four et les braises... La vapeur fuse ... encore de l'eau ... encore de la vapeur ... Et le travail se poursuit ...!! Chaleur infernale ! Des filets de scories s'écoulent à chaque coup de barre à mine ... Le massiot ne veut pas sortir !
 
Alberto et Philippe tentent de le décrocher à la barre à mine mais il résiste. Les griffes n'arrivent pas à l'arracher. Philippe passe alors derrière le fourneau et fracture la tuyère, fissurant ainsi la scorie figée qui colle le massiot ... Celui-ci descend et Philippe le sort : Il est magnifique... C'est une réussite !
 
Philippe se tourne vers le public et s'exclame : "Mesdames, Messieurs, ... Le sang des Hommes". Il regroupe alors toute l'équipe autour de lui et rappelle brièvement que ce qu'on vient de voir fut la vie quotidienne en Bertrange durant de nombreux siècles. Effort, chaleur, sueur, labeur, souvent souffrance ! Ce qui a été fait avec ces jeunes est un hommage à ces Anciens, un rappel aux Vivants de la richesse de ce terroir des Bertanges !
 
Philippe se recule alors et se tourne face à son équipe :  Il lui dit la fierté qui est la sienne d'avoir travaillé avec eux. Il savent maintenant, ils en ont la preuve, qu'ils ont en eux la force de réussir, qu'il peuvent être fiers d'eux ! 
 
David Desloover, le Directeur de l'E2C prend alors la parole et témoigne de son admiration devant ce qui a été fait. Il en sera de même pour Jean-Pierre Rossignol, Président de L'École de la Deuxième Chance. Clément Picq, Président de l'Association Les Tours de Passy, exprime également son admiration et se félicite de l'engagement de l'Association dans cette aventure qu'il souhaite voire se poursuivre. 
 
Enfin, Gaëtan Gorce, Sénateur de la Nièvre, Maire de La Charité sur Loire, Président du Pays Bourgogne Nivernaise, exprime ses félicitations à toute l'équipe. Il rappelle que ce témoignage de Mémoire par des jeunes d'aujourd'hui est emblématique d'une société qui souhaite construire son avenir en tirant leçon de son passé. Il exprime son souhait que se perpétue cette action de Mémoire dans le cadre d'actions d'intégration de jeunes en construction de leur vie professionnelle future.
 
Pendant que le massiot repose vient alors le moment de la remise des diplômes. Chaque membre de l'Équipe reçoit un diplôme sanctionnant l'ensemble du stage et preuve tangible de la réussite de chacun.
LA SORTIE DU MASSIOT !
LA SORTIE DU MASSIOT !
LA SORTIE DU MASSIOT !
LA SORTIE DU MASSIOT !
LA SORTIE DU MASSIOT !
LA SORTIE DU MASSIOT !
LA SORTIE DU MASSIOT !
LA SORTIE DU MASSIOT !
LA SORTIE DU MASSIOT !
LA SORTIE DU MASSIOT !
LA SORTIE DU MASSIOT !
LA SORTIE DU MASSIOT !
LA SORTIE DU MASSIOT !
LA SORTIE DU MASSIOT !
LA SORTIE DU MASSIOT !
LA SORTIE DU MASSIOT !
LA SORTIE DU MASSIOT !
LA SORTIE DU MASSIOT !
LA SORTIE DU MASSIOT !
LA SORTIE DU MASSIOT !
LA SORTIE DU MASSIOT !
LA SORTIE DU MASSIOT !
LA SORTIE DU MASSIOT !
LA SORTIE DU MASSIOT !
LA SORTIE DU MASSIOT !
LA SORTIE DU MASSIOT !
LA SORTIE DU MASSIOT !
LA SORTIE DU MASSIOT !
LA SORTIE DU MASSIOT !
LA SORTIE DU MASSIOT !
LA SORTIE DU MASSIOT !
LA SORTIE DU MASSIOT !
LA SORTIE DU MASSIOT !

Voir les commentaires

Rédigé par Anthony Lange

Repost0

Publié le 10 Juin 2013

Ce matin un premier groupe est arrivé à 8h pour lancer le four. Philippe et Xavier, son étudiant en paléométallurgie étaient déjà là et avaient préchauffé le four au bois pour en chasser l'humidité et économiser du charbon de bois. Nous allons en brûler 3 mètres cubes !!
 
Mourad, notre Animateur pédagogique, nous a assigné nos place aux soufflets et au chargement en minerai et charbon de bois du four. 
 
Après avoir monté les deux soufflets, le travail commence. Quand le fond du four est bien enflammé jusqu'au niveau de la tuyère par où rentre l'air des soufflet, Xavier et les deux désignés au chargement remplissent le four à ras bord (15 sacs de 50 l de charbon de bois !).
 
Philippe nous demande alors de souffler plus fort, bien en rythme, pour que le feu prenne toute la masse et que la température monte dans le four....
 
Ce dernier démarre bien et nous entendons enfin la "musique du four", ce gros ronflement grave caractéristique d'un bon fonctionnement et d'une bonne montée en température ! Philippe nous en avait beaucoup parlé mais nous ne l'avions jamais entendu. Une grande flamme sort du haut du fourneau. Nous travaillons avec de gants de cuir et des blouses pour ne pas nous brûler sous la surveillance attentive de Xavier et Philippe.
 
À 10 heure du matin Philippe nous annonce que nous venons de dépasser 1300° c et que nous pouvons commence à charger le minerai et le charbon. Nous allons y passer 60 charges de minerai de fer de 2 kg et 120 sceaux de charbon de bois jusqu'à 17h.....
 
Pendant que nous lancions le fourneau, le reste de l'équipe est arrivée avec Magali, notre Formatrice en Français. Elle commence à faire les préparatifs des saynètes.
 
Toute la journée nous allons maintenir le four en température, mettre du minerai et du charbon de bois. Tout le monde passe à tous les postes.
 
Nous allons présenter des saynètes 5 fois dans la journée. 2 fois le matin, 3 fois l'après-midi... Toujours avec la musique du four qui n'arrête pas de chauffer !
 
Toutes les saynètes sont bien jouées, même ceux qui ne s'en croyaient pas capables il y a quatre semaines font un gros succès. Les spectateurs du matin et de l'après-midi rient de bon cœur ! On nous félicite de ces petits moment d'animation ....
 
Le matin, Delphine, notre Référente socio-pédagogique,  Issam et Arnaud, nos Formateurs référents sont passé nous voir et on vu ce que nous avons fait et joué ! 
 
David Desloover passe régulièrement.... Il semble très heureux de ce qu'il voit !
 
Vers 17 h, Philippe annonce qu'il n'y a plus de minerai à charger : il y en avait 120 kgs ! Nous continuons à mettre un peu de charbon de bois, puis, à 18h, nous laissons le four terminer la réduction sans ajout de combustible...
 
LE GRAND JOUR EST ARRIVÉ !
LE GRAND JOUR EST ARRIVÉ !
LE GRAND JOUR EST ARRIVÉ !
LE GRAND JOUR EST ARRIVÉ !
LE GRAND JOUR EST ARRIVÉ !
LE GRAND JOUR EST ARRIVÉ !
LE GRAND JOUR EST ARRIVÉ !
LE GRAND JOUR EST ARRIVÉ !
LE GRAND JOUR EST ARRIVÉ !
LE GRAND JOUR EST ARRIVÉ !
LE GRAND JOUR EST ARRIVÉ !
LE GRAND JOUR EST ARRIVÉ !
LE GRAND JOUR EST ARRIVÉ !
LE GRAND JOUR EST ARRIVÉ !
LE GRAND JOUR EST ARRIVÉ !
LE GRAND JOUR EST ARRIVÉ !
LE GRAND JOUR EST ARRIVÉ !
LE GRAND JOUR EST ARRIVÉ !
LE GRAND JOUR EST ARRIVÉ !
LE GRAND JOUR EST ARRIVÉ !
LE GRAND JOUR EST ARRIVÉ !
LE GRAND JOUR EST ARRIVÉ !
LE GRAND JOUR EST ARRIVÉ !
LE GRAND JOUR EST ARRIVÉ !
LE GRAND JOUR EST ARRIVÉ !
LE GRAND JOUR EST ARRIVÉ !
LE GRAND JOUR EST ARRIVÉ !
LE GRAND JOUR EST ARRIVÉ !
LE GRAND JOUR EST ARRIVÉ !
LE GRAND JOUR EST ARRIVÉ !
LE GRAND JOUR EST ARRIVÉ !
LE GRAND JOUR EST ARRIVÉ !
LE GRAND JOUR EST ARRIVÉ !
LE GRAND JOUR EST ARRIVÉ !
LE GRAND JOUR EST ARRIVÉ !
LE GRAND JOUR EST ARRIVÉ !
LE GRAND JOUR EST ARRIVÉ !
LE GRAND JOUR EST ARRIVÉ !
LE GRAND JOUR EST ARRIVÉ !
LE GRAND JOUR EST ARRIVÉ !

Voir les commentaires

Rédigé par Anthony lange

Repost0

Publié le 6 Juin 2013

DEMAIN C'EST LE GRAND JOUR !!!

 
Ce matin est arrivé Xavier, l'étudiant de Philippe qui travaille au Japon sur les métallurgies des forgerons Japonais. 
 
Puis est arrivé Jean François Chevrot, l'Archéologue départemental du Cher, qui nous a prêté les soufflets qu'il avait fabriqué il y a quelques années alors qu'il faisait des réductions de minerai de fer avec Philippe pour diffuser la culture des forgerons gaulois du Cher.
 
Nous avons transporté le châssis de soufflets démonté, puis nous l'avons remonté à sa place, derrière le fourneau. Alberto et Perrine ont mis en place la tuyère où le vent des soufflets va pénétrer puis activer le feu du fourneau.
 
L'après-midi a été consacré aux répétitions des saynètes. Philippe a construit le brancard du malade de la fièvre quarte ! Dernières mise au point de mise en scène sous la direction de Magalie et de Mourad. Tous sont prêt à donner le meilleur !
 
À 15h 30 nous nous sommes tous rassemblés autour du fourneau pour faire LA PHOTO ! Puis Philippe à ALLUMÉ LE FOURNEAU pour le monter en température et utilisant des chutes de bois. Demain matin,  il sera chargé en charbon de bois et en minerai. L'Aventure commencera alors.
 
Ce soir, avant de partir, Philippe a rappelé les conditions de sécurité pour le passage aux soufflets, le chargement du charbon de bois et du minerai.
 
Puis il nous a dit combien il était fier de nous et de l'Équipe que nous sommes !
 
DEMAIN SERA UN GRAND JOUR !  Nous vous attendons de pieds ferme !
6 juin
6 juin
6 juin
6 juin
6 juin
6 juin
6 juin
6 juin
6 juin
6 juin
6 juin
6 juin
6 juin
6 juin
6 juin
6 juin
6 juin

Voir les commentaires

Repost0

Publié le 4 Juin 2013

C'est le grand jour ! Nous démontons le châssis des soufflets pour préparer son transport et son montage jeudi matin. Philippe a sorti les tuyères cuites pendant la nuit. Il y en a une de cassée. Mais une est parfaites!

 14 heures, monsieur Swanpool est venu avec son tracteur Manitou : nous mettons les élément du fours en place après avoir préparé les joint d'argiles entre les parties ! L'opération est une réussite ! Nous reprenons alors les répétitions sans les costumes. Çà progresse bien ! Les texte sont de mieux en mieux joués par la plupart d'entre nous !

Nous essayons les habits loués pour jouer les saynètes et nous commençons à répéter avec. Nombreuses rigolades ! Le troubadour est en train d'apprendre ses textes. Les "Commères" mettent de l'ambiance !
Les garçons terminent le châssis des soufflets. Cette nuit les tuyères de ventilation du fourneau seront cuites.
4 Juin
4 Juin
4 Juin
4 Juin
4 Juin
4 Juin
4 Juin
4 Juin
4 Juin

Voir les commentaires

Rédigé par Anthony lange

Publié dans #e2c, #élève, #chantier, #paléometallurgie, #philippe andrieux, #saynète, #métallurgie, #mine

Repost0

Publié le 4 Juin 2013

Nous essayons les habits loués pour jouer les saynètes et nous commençons à répéter avec. Nombreuses rigolades ! Le troubadour est en train d'apprendre ses textes. Les "Commères" mettent de l'ambiance !

Les garçons terminent le châssis des soufflets. Cette nuit les tuyères de ventilation du fourneau seront cuites.

3 Juin
3 Juin
3 Juin
3 Juin
3 Juin
3 Juin
3 Juin

Voir les commentaires

Rédigé par Anthony lange

Repost0